Opération Location de toitures pour installation de panneaux photovoltaïques : Recherche propriétaires

Cherche propriétaire de toiture pour panneaux photovoltaïques

Le groupe Curé Emballage inaugurait mardi 15 septembre à Brazey-en-Plaine, trois centrales photovoltaïques installées sur la toiture de son site logistique. Un projet à la fois économique et écologique, proposé par O’SiToiT et financé pour deux d’entre elles, en tiers investissement.

Un partenariat durable au cœur du photovoltaïque

« À nos yeux, une seule société dans le photovoltaïque était crédible : O’SiToiT. Elle nous a permis de partir sur ce projet et d’arriver là où nous sommes aujourd’hui », confie Yves Curé, dirigeant du groupe Curé Emballage. Créée en 1988, la société est située dans un triangle Dole, Dijon Beaune. Géographiquement, elle est à 15km de tous les axes autoroutiers qui desservent l’Europe entière. Le cœur de métier de Curé Emballages est le recyclage, la valorisation et le traitement de palette de bois dans un rayon de 100 km.

Curé Emballage est une entreprise de proximité mais pas que ! Elle a des clients en Ile-de-France, en région lyonnaise, et à l’étranger : en Autriche et en Suisse. La société a depuis le départ, une quinzaine de salariés et une douzaine de collaborateurs. Elle traite et valorise 20 000 tonnes de bois par an.

Avant de rencontrer Bruce Febvret, gérant d’O’SiToiT, Yve Curé a connu le parcours du combattant pour réaliser son projet de toiture photovoltaïque. En 2009, il est amené à réfléchir à une solution de désamiantage de toutes ses structures, soit 17 000 m² de toiture, pour se mettre en conformité. « Nous avions envie de participer aux énergies renouvelables et de nous tourner vers les panneaux photovoltaïques. Seulement, nous étions aux prémices et beaucoup de sociétés se lançaient dans ce métier, sans vraiment s’y connaître », se souvient-il. Il était alors difficile à ses partenaires financiers et à Curé Emballage de prendre position et de s’engager. Finalement, le projet a failli « capoter » en 2011… Jusqu’au jour où la société Jolibois met en contact O’SiToiT et Curé Emballage !

Une première victoire

L’expérience et l’expertise d’O’SiToiT convainquent Yves Curé, qui décide de leur confier son projet. Fin 2011, O’SiToiT reprend le dossier avec un premier challenge en terme de délais : trois mois pour réaliser l’ensemble du projet, désamiantage et pose de panneaux photovoltaïques. O’SiToiT a commencé par désamianter le toit avec des partenaires, recouvrir en bac acier, poser un système d’intégration, avec les 886 modules photovoltaïques, et l’installation électrique. Mise en service : le 23 avril 2012. « Nous avons respecté les délais ! Cela a été un vrai soulagement parce que nous déchargions les camions par -15°C en plein hiver ! C’était un projet qui avait un certain nombre de challenges. Tout s’est bien passé car tous nos collaborateurs et partenaires ont joués le jeu et relevé le défi. C’était une première victoire ! » se rappelle Bruce Febvret.

Après un an de bon fonctionnement, les deux chefs d’entreprises se revoient et remarquent qu’il reste encore des bâtiments sur le site logistique du groupe Curé Emballage pour l’instant inexploités. Toutefois, Yves Curé assure qu’il est encore trop tôt pour son entreprise d’investir davantage.

Faire intervenir un tiers investisseur

Afin de ne pas laisser cette surface importante de toiture, propice au photovoltaïque, Bruce Febvret propose à Yves Curé de développer son projet en tiers investissement. Le principe est simple : le propriétaire des toitures n’investit rien et reçoit une redevance en contrepartie de la mise à disposition de ses toitures. O’SiToiT gère l’ensemble du projet, l’ingénierie technique et financière du dossier, la construction des centrales, le financement et l’exploitation/maintenance. C’est une formule clé-en-main, très sécurisante pour le propriétaire qui peut alors garder sa capacité financière pour son cœur de métier tout en bénéficiant de l’image positive des énergies renouvelables. O’SiToiT s’est positionné dès le départ comme tiers investisseur sur la location de toiture. Una manière d’apporter une solution à des clients qui ne souhaitaient pas investir dans leur toiture. Ainsi, O’SiToiT possède des centrales qui tournent à Aiserey, à Louhans, à Autun et même jusqu’à Gap en Haute-Savoie. Pour le projet de Curé Emballage, un troisième acteur est entré dans l’aventure : Jean-François Vaury, green investisseur. Il investit dans la transition énergétique à travers une société familiale qui s’appelle Johes, redéployée dans tous les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. « Les toitures de Curé Emballage ont été pour moi l’occasion de suivre de A à Z un projet de centrale photovoltaïque, avec O’SiTOiT comme opérateur principal », précise-t-il.

Un changement de réglementation fortuit

Lorsque O’SiToiT a démarré le projet, le cadre législatif n’était pas le même. Avec le changement de majorité et le débat sur la transition énergétique, la réglementation a évolué. Pour pouvoir développer des toits de cette surface, ils étaient désormais obligés de rentrer dans des appels d’offre de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), organisme de tutelle de l’énergie en France. O’SiToiT a donc monté un dossier pour les deux projets de toiture et a été retenu ! « Nous avons pu développer un premier projet de 242 kWc sur le bâtiment occupé par la société Bresson, et un second projet de 247 kWc sur le bâtiment occupé par l’entreprise Bois Sec de Bourgogne », explique Bruce Febvret.

Un tiers de la consommation en électricité de Brazey-en-Plaine

Au total, 2770 modules ont été installés sur les trois toits. Cela représente 700 kWc de puissance installée. Le site logistique de Curé Emballages comprend 17 000 m² de bâtiment, dont 3 600 recouvert de panneaux photovoltaïques pour une production annuelle de 795 MWh. « Les trois centrales du groupe Curé Emballage représente un tiers de la consommation en électricité pour les usages normaux (hors chauffage et eau chaude) de Brazey-en-Plaine », précise Bruce Febvret. Il ajoute que les trois centrales permettent d’éviter 360 tonnes de CO2 par an.

Outre ces chiffres importants, Bruce Febvret a rappelé la dimension humaine du projet et de leur rencontre. Une aventure qui dépasse même le photovoltaïque pour s’engager dans une démarche globale de développement durable. O’SiToiT encourage les industriels à réaliser des économies d’énergie grâce à ses compétences en génie électrique, en éclairage LED, en chauffage en ventilation, etc… « Produire de l’énergie c’est bien, produire de l’énergie verte photovoltaïque c’est très bien, mais faire faire des économies d’énergie pour consommer moins d’énergie, ça c’est le nec plus ultra et c’est notre passion ! » conclut Bruce Febvret.